Fracture mentale d'André Delauré

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

/!\ Ce livre n'existe qu'en édition numérique

Titre : Fracture mentale

Auteur : André Delauré

Nombre de pages : 349 (epub)

Editeur : Numerik:)ivres

Genre : roman noir

Prix de l'édition numérique : 5.99 euros

Machine de test : Cybook Orizon

Format du fichier utilisé : Epub et streaming (disponible en PDF aussi)

DRM : sans, tatouage indiquant votre nom/prénom et email sur la plupart des pages

Résumé : Charly aime beaucoup les enfants... il les aime beaucoup trop.

Charly a un sérieux problème. Il est malade, il souffre. Obsédé par la voie intérieure d´un père abject, Charly tente de mener une vie normale. Mais les apparences sont forcément trompeuses. Charly ne sait pas faire la différence entre le bien et le mal. Il ne peut pas. Sa maladie le ronge, le dévore, le plonge dans un monde de noirceurs et le pousse à faire de terribles choses. Mais comment pourrait-il en être autrement ?

Charly est un schizophrène. Il enlève des enfants pour les éduquer selon son mode de pensée et cela se passe très mal... Il nous entraîne dans sa dérive.

Critique : Bon, je confesse. Je crois bien que c'est le premier roman noir que je lis. Du moins, roman noir français car, à bien y réfléchir, j'ai peut-être lu des romans d'auteurs japonais qui peuvent se rapprocher du roman noir. Comme il y a le terme "noir", que le résumé est particulièrement horrible et que le roman s'ouvre sur un avertissement concernant les scènes de cruauté sur les enfants, je m'attendais à quelque chose d'insoutenable. Je dois dire que je suis donc plutôt désappointée. Non pas que Charly, ou Charles-Henri, ne commette pas des actes monstrueux. C'est surtout la description de ces actes qui reste soft. Je n'ai pas ressenti de malaise, comme lorsque j'ai lu Miso Soup de Murakami Ryû ("il ne se passe rien. Je ne comprends vraiment pas d'où vient la réputation de Murakami... Iiiiiiiiiiiik, mais c'est dégoûtant !") ou Kafka au bord du rivage de Murakami Haruki ("avec lui, je ne risque rien, ce n'est pas un auteur trash ! Mais... mais... il fait quoi aux chats ?!"). Par ailleurs, le fait de savoir de quoi ça parle prépare sans aucun doute psychologiquement. Je me demande qu'elle aurait été ma réaction si je l'avais lu sans mise en garde.

Fracture mentale est un roman qui ne plaira pas à tous. Non pas à cause de son sujet. Contrairement à ce que pourrait laisser entendre le résumé, il n'y a aucune complaisance voyeuse. On n'est pas dans une espèce de torture porn imbécile avec des enfants. Comme je l'ai dit, les descriptions sont supportables, on ne versa pas dans l'horreur gore qui tache. On n'est pas dans Dexter, puisque l'auteur ne cherche jamais à nous rendre le "héros" sympathique. Pathétique, tout au plus, puisqu'André Delauré nous décrit précisément et de façon convaincante les processus mentaux qui le conduisent à revenir à ses passions inavouables de façon cyclique (cycle présent jusque dans la construction du roman même). Non, ce qui pourrait déplaire, c'est le style.

André Delauré maîtrise la langue française et ça se voit. Quand je parle de langue française, je ne parle pas de ce qui est correctement applicable pour les grammairiens mais de la richesse linguistique qui va du soutenu jusqu'aux multiples argots en passant par quelques mots (notamment dans le langage technique de la marine) que je n'avais jamais lus jusqu'à présent. Bref, André Delauré utilise sa maîtrise, sait basculer de la modernité à un langage plus châtier, mais c'est un peu à double tranchant sur le pur plan de la syntaxe. Plusieurs fois, j'ai eu l'impression qu'André Delauré se perdait dans des phrases trop alambiquées pleines de mots "savants", que l'on aurait pu facilement réécrire en deux ou trois phrases séparées sans pour autant y perdre vraiment. Cela donne l'impression, fausse j'espère, que l'auteur cherche un peu à nous impressionner avec son langage au risque de nous perdre totalement. Si les dialogues sont plutôt naturels, je n'ai pas toujours été convaincue par la narration.

L'autre problème, c'est la façon dont les pensées des personnages sont introduites dans le texte. André Delauré utilise une police différente (tout en majuscule pour le "père" de Charly, en italique pour d'autres, etc...) et insère lesdites pensées jusqu'au coeur des dialogues. Sauf que la chose n'est pas évidente quand on ne connaît pas le style de l'auteur - du moins, je présume que ses autres romans utilisent le même procédé -. Au début, j'ai donc cru que c'était pour montrer que le personnage était en train de crier, avant de comprendre qu'il s'agissait de ses pensées. Si j'aime bien l'idée de montrer ce que pense le personnage comme si on lisait directement ses pensées, je ne suis pas convaincue par le procédé utilisé.

Côté personnages, je les ai trouvé presque tous profondément antipathiques, ce qui me paraît voulu ceci étant dit. Hormis une jolie inspectrice plus maligne que les autres - comme par hasard -, la plupart des policiers sont profondément débiles et lents à réagir. Bon, le pire, c'est que je n'ai même pas réussi à trouver ça caricatural et m'en horrifier, car mon expérience de la police dans le coin où je suis est, hélas, très proche de ce qui est décrit. Les parents de la gamine enlevée n'ont pas du tout le profil du couple parfait made in série TV. Ladite gamine est assez insupportable. La mère de Charly... Eh bien, tout en comprenant son problème et en compatissant presque, j'avais tout de même envie de la baffer. Bref, c'est pas très propre et si vous voulez du héros musclé et valeureux... oui ben vaut mieux passer votre chemin, parce que les personnages sont en fait terriblement humain et banal.

La fin m'a un peu surprise aussi. J'ai aimé l'idée de cycle, mais j'ai trouvé l'issue un peu surréaliste, miraculeuse. J'en ai été gênée car le reste du roman est plutôt réaliste (autant que peut l'être une oeuvre de fiction, du moins). Là, je m'attendais à tout moment que l'on m'apprenne que c'était un fantasme, un rêve, mais non.

Est-ce que j'ai aimé Fracture mentale ? C'est une question assez difficile. Malgré ses défauts - qui en sont surtout pour moi -, je ne le trouve pas mauvais, loin de là. Je pense même qu'il est plutôt bon. Mais je n'ai pour autant pas eu de coup de coeur. Mais si vous avez l'habitude de lire du roman noir, je pense qu'il est à essayer.

Côté ebook (version Epub), je l'ai trouvée meilleure que celle de Zoé Bonhomme. Je n'ai notamment pas eu de soucis pour afficher en entier les images (présentes seulement en en-tête de chapitre, ceci étant dit). J'aime aussi beaucoup la couverture.

Points forts :

  • La description mentale de Charly
  • La construction du roman
  • Style varié
  • Pas de super-héros tout feu tout flamme
  • Potentiellement choquant mais sans user de descriptions sordides exagérées

Points faibles :

  • Style parfois "alambiqué"
  • L'insertion des pensées dans les dialogues déstabilisante
  • Les personnages peu sympathiques dans l'ensemble
  • La fin un peu... bizarre ?

Share

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 55 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2018 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text