Conspirations Galactiques – Tome 1 : L’Expérience Degan [de Rob Colton]

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 
Détails

Titre : L’Expérience Degan
Titre original : The Degan Incident
Auteur : Rob Colton (http://robcolton.com)

Série : Conspirations Galactiques (Galactic Conspiracies)
Nombre de volumes : 2
1 - L’expérience degan
2 - The Cassini Mission
Nombre de pages : 250
Éditeur : CreateSpace Independent Publishing Platform
Éditeur original : CreateSpace Independent Publishing Platform
Genre : Science-fiction, romance homo-érotique
Prix : 12,83 € (version papier) ou 2,99 € (version ebook)

Quatrième de couverture – Résumé de l’éditeur :
Travaillant seul dans un spatioport, Devin McSmith accueille Bastian Drago, un étranger exotique d’apparence bestiale de la planète Dega, et commence une aventure qui le mènera jusqu’aux étoiles et au-delà.
Devin et Bastian apprennent à se connaître l’un l’autre et leur relation évolue rapidement. Alors qu’ils commencent à tomber amoureux, Bastian disparaît sans laisser de trace.
Lorsque la rencontre de Devin avec Bastian déclenche un changement surprenant dans son corps, Devin est fait prisonnier et détenu dans un centre de recherches top-secret.
Bastian pourra-t-il retrouver Devin avant qu’il ne soit trop tard ?

Critique :
Si la couverture du livre montre clairement le genre « science-fiction », elle reste cependant particulièrement peu attractive. De plus, je trouve personnellement les personnages dessinés peu représentatifs par rapport aux descriptions dans l’histoire (sur la couverture, Devin ressemble à un pré-adolescent au crâne quasi-rasé, et Bastian à un vieillard…). Ce point m’a pas mal rebutée, mais l’adage « il ne faut pas juger un livre à la couverture » est particulièrement vérifié pour « L’expérience Degan ».
De plus, d’après le site de site de l’auteur, une version ebook serait offerte à l’achat du live papier. Même si cette offre est apparemment limitée aux propriétaires de Kindle d’Amazon, il n’en reste pas moins que c’est un beau geste (qui laisse espérer, qu’un jour, une version numérique sera automatiquement offerte à l’achat d’un livre papier, comme c’est le cas avec de plus en plus de DVD/Blue-ray).

Concernant l’histoire, je n’ai pas du tout accroché dès la première page. On se retrouve largué directement dans un monde futuriste, où se côtoient toutes sortes d’humanoïdes terriens ou aliens, sans aucune introduction. Il y a dès le départ certaines longueurs dans les descriptions, qui sont cependant nécessaires afin de comprendre le monde dans lequel vit Devin McSmith, le héros de cette histoire. A contrario, il y a parfois des informations distillées ici et là qui, non seulement n’apporte rien à l’histoire, mais qui, en plus, nous apporte des questions et des incompréhensions.
Par exemple, l’évocation, au début du roman, d’une « guerre sanglante contre les Mirans »… Quelle guerre ? Pourquoi ? Quels sont ses importance et impacts dans le monde actuel décrit ? Pourquoi le mentionner ? Et surtout, qui sont ces Mirans ?
Il est frustrant de ne pas avoir les réponses à ces questions, surtout que, au fur et à mesure de la lecture, on est aspiré dans ce monde futuriste si magnifiquement imaginé par l’auteur. Personnellement, j’ai adoré ce monde, et j’ai trouvé horriblement frustrant d’y trouver ces zones d’ombre et d’interrogation (même si, au final, il ne s’agit que de détails sans trop d’importance pour l’histoire).
Autre détail perturbant, l’auteur semble dire que Bastian n’est pas très à l’aise avec la langue terrienne au début de l’histoire, et laisse penser et peu de personnes sur Dega (sa planète se trouvant en dehors de Union Galactique Planétaire) savent la parler. Pourtant, on a beau rencontrer plusieurs Degans au fur et à mesure de l’histoire, ils parlent tous parfaitement la langue terrienne (même sur la planète Dega !). Et précisons qu’il n’y a aucun appareil traducteur (même pas la génialissime boîte bleue du Doctor Who)…
En résumé, nous avons là un nouveau monde nous peignant un futur très intéressant, mais trop peu développé à mon goût (j’aurais bien voulu en savoir davantage sur la Terre en dehors de l’appartement de Devin et du café où il adore aller boire…).

Niveau érotisme, on est aussi rapidement servi. Bastian et Devin se sautent rapidement dessus à tout va, aidés surtout par les hormones dégagées par Bastian (bien qu’ils ne concluront réellement l’acte que bien plus tard dans l’histoire). De plus, la relation entre les deux personnages est établie dès le départ : Bastian, le géant poilu au physique bestial, est sans surprise le dominant, le mâle alpha dans toute sa splendeur ; quant à Devin, faible et frêle humain, il lui est entièrement soumis. Cette relation est certes clichée, mais elle fonctionne bien et on en redemande.

L’histoire apporte aussi son lot de surprises. Si aux trois quarts du bouquin, on pense que l’action est terminée, la dernière partie du bouquin arrive à clore proprement toute l’intrigue et à répondre à nos questions (sur l’histoire, pas sur l’univers décrit). Généralement, quand il y a des retournements de situation de dernière minute, nous avons droit à une fin de roman précipitée et bâclée. Ce n’est pas le cas de « L’Epérience Degan », où l’auteur prend le temps de lever, une à une, toutes les zones d’ombre de son histoire, et ce jusqu’à la dernière ligne.
Il est dommage qu’il n’en soit pas de même concernant l’univers du roman, mais peut-être que le second volume de cette saga nous apportera des réponses (même si, apparemment, les héros du second opus ne seront plus les mêmes).

En tout cas, le style de l’auteur, bien que parfois cru, se lit très facilement et agréablement. De plus, il bénéficie d’une traduction de qualité, bien qu’il reste encore quelques anglicismes et 2-3 fautes ici et là (mais rien qui ne soit agressif pour nos mirettes).
À travers son histoire, l’auteur aborde aussi un autre thème bien plus délicat : le racisme présent entre les différentes espèces humanoïdes (ici, essentiellement entre les Humains et les Degans). Et il le fait de façon très réaliste dans un monde imaginaire, sans pour autant en faire une propagande (car « L’Expérince Degan » est avant tout une histoire d’amour).

Quant aux personnages…
J’ai trouvé Bastian très enquiquinant avec tous ses secrets. D’autant que les réponses concernant ses absences et disparitions (en rapport avec ses secrets) mettent beaucoup de temps à venir. On dirait presque que l’auteur se fait un plaisir de jouer avec nos nerfs sur ce point.
Quand à Devin, je lui ai trouvé un côté Oliver Twist attachant. Il peut aussi peut aussi être agaçant, parfois très amusant (la dernière scène du bouquin, quand il réalise que… J’avoue avoir bien rigolé).
Par contre, j’aurais bien voulu en savoir plus sur Peri, le meilleur ami de Devin. Le pauvre, très présent au départ du roman, est bien vite abandonné en cours de route. Pourtant, c’est un personnage intéressant qui semblait important dans la vie de Devin. J’espère qu’on en saura davantage sur lui et sur ce qu’il devient dans un prochain opus de la saga…

En bref, « L’expérience degan » est une histoire que j’ai adoré lire, dont je regrette le manque de développement de l’univers. J’ai particulièrement apprécié les relations inter-espèces.
Et nul doute que je me jetterai sur le second opus de la saga quand il sortira en français.

Points forts :
o    Une relation mâle dominant/petit mâle soumis clichée mais qui fonctionne
o    Un scénario et des actions qui prennent le temps de se développer jusqu’à la fin
o    Aborde avec réalisme la problématique du racisme, sans pour autant faire de propagande.
Points faibles :
o    La couverture peut en rebuter plus d’un, même si le roman mérite d’être lu
o    Un monde futuriste très intéressant mais trop peu développé
o    Des personnages secondaires souvent trop vite oubliés

Share

Vous ne pouvez pas poster de commentaires. Veuillez vous identifier ou créer un compte pour cela.

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 74 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2017 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text