Being Human, la confrérie de l’étrange

Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 
Détails

 

 

Titre : Being Human, la confrérie de l’étrange

Titre original : Being Human

Créateurs : Toby Withouse

Durée : Environ 55 minutes par épisodes

Pays d’origine : Royaume-Unis

Nombre de saison et d'épisodes par saisons : 3 saisons :
2008 : pilot
2009 : 6 épisodes
2010 : 8 épisodes
2011 : 8 épisodes
(toujours en production)

Dates de 1ère diffusion/sorties en DVD :
1ère diffusion UK : 18 février 2008 (pilot) et 25 janvier 2009 (série)
1ère diffusion France : 07 novembre 2009
Sorties DVD de l’intégrale saison 1 : UK/20 avril 2009 ; France/Inédit
Sorties DVD de l’intégrale saison 2 : UK/12 avril 2010 ; France/Inédit

Genre : Fantastique

Bandes annonces :

Teaser series 1 :

Teaser series 2 :

Teaser series 3 :

Trailer series 1 :

Trailer series 2 :

Trailer series 3 :


Acteurs :


Résumé :
Dans la banlieue de Bristol, on trouve une colocation peu habituelle : un loup-garou, un vampire et un fantôme. Mais ces êtres hors du commun n’ont finalement qu’une seule idée en tête : vivre le plus normalement possible ! Voilà l’histoire de trois créatures surnaturelles en quête d’humanité...

Critique :
Being Human est une série qui revient de loin et qu’on a bien failli ne jamais voir ; et pourtant elle est maintenant l’une des séries phares de BBC3 (la diffusion de la série 3 commence ce dimanche 23 janvier 2011) et Sy Fy regrette tellement de ne pas avoir participé à sa production (comme ça aurait dû être le cas à la base) ainsi que de ne pas pouvoir la diffuser (BBC America s’en charge) qu’elle vient de produire un remake.

Tout commence en février 2008 sur BBC3 lors d’une grosse diffusion en bloc de quelques pilotes non retenus par la chaîne, dont celui de Being Human. Ce qui aurait dû s’arrêter là finit par faire le buzz sur Internet parmi les spectateurs de BBC3, et les fans de Being Human font tout pour qu’une seconde chance soit donnée à ce pilot. Quelques mois plus tard, et devant la détermination des fans, BBC3 décide de relancer le projet. Seulement voilà : le casting principal s’est depuis engagé sur d’autres projets… qu’à cela ne tienne ! BBC3 va faire avec, recastant les personnages et profitant de l’occasion pour revoir sa copie. Toby Withouse (le créateur de la série) mettra en place un ton plus léger et moins sombre dans la future série. A noter que le pilot, qui a pourtant séduit le public, semble être maintenant un peu renié par BBC qui n’a pas cru bon de l’insérer dans le coffret DVD et ce malgré le fait que l’épisode 1 de la série y fasse directement suite !

Donc, pratiquement un an après la diffusion du pilot, la série est prête à faire son apparition et juste avant, histoire de relancer l’intérêt et de présenter les personnages principaux (ainsi que le nouveau casting) BBC3 met en ligne, sur le site officiel, trois vidéo « prequel » : une pour George, sous forme de journal vidéo, dans laquelle on découvre son agression par un loup-garou lors d’un voyage touristique en Écosse, une autre se passant dans les années 60 avec Herrick, le mentor de Mitchell, s’apprêtant à tuer une fille devant les yeux d’un Mitchell qui commence à ressentir de la culpabilité et une dernière où l’on voit un jeune couple emménager dans la maison d’Annie qui ne tarde pas à jouer les poltergeist dans l’espoir de les voir décamper au plus vite !

La différence entre le pilot et la série est assez notable. Déjà, exit deux des trois acteurs principaux (ainsi que quasiment tout le casting secondaire). Aidan Turner, à l’interprétation totalement différente, remplace Guy Flanagan dans le rôle de Mitchell : là où le flegme typiquement anglais et la nonchalance de Guy Flanagan allait parfaitement avec l’image qu’on pouvait se faire d’un vampire centenaire plein de sagesse et de bons conseils et accentuait le côté posé du personnage, Aidan Turner prend un ton plus léger et son interprétation tout sourire, plus sobre et terre à terre à de quoi déstabiliser ceux qui ont vu le pilot… au début en tout cas, car on finit par s’y faire et l’alchimie avec le reste du casting finit de nous convaincre. Quant à Annie, c’est maintenant Lenora Crichlow qui s’y colle, remplaçant une Andrea Riseborough qui avait pourtant tout pour le rôle, à la fois fragile, drôle et pince-sans-rire, mais Lenora Crichlow ne démérite pas pour autant… enfin, heureusement, on garde l’excellent et sympathique Russell Tovey dans le rôle de George, sans doute le personnage au capital sympathie le plus élevé : avec son côté geek, sa maladresse et son besoin viscéral de normalité, George est terriblement touchant et attachant !

Mais les différences ne se résument pas qu’aux acteurs, elles se remarquent aussi dans le ton et l’atmosphère. Le pilot se passait principalement la nuit, l’ambiance se voulait noire et, même si l’humour était présent l’histoire avait une tonalité très sombre. La série amène de la légèreté, de la lumière, et choisit d’approfondir son titre « Being Human » en se recentrant autour de la recherche d’humanité et du quotidien des personnages principaux… mais même si devant tant de sobriété il arrive parfois qu’on oublie la nature surnaturelle de nos héros, la série ne néglige pas cette partie de l’histoire. Chacun des thèmes (loup-garou, vampire et fantôme) se voit développé et les personnages d’évoluer en conséquence. On notera au passage que la série développe une vision de la mort, que Annie et Mitchell (au contraire de George) ont vue de près, qui fait horriblement froid dans le dos !!

Alors, y perd-on au change ? Pas sûr, les deux versions se valent selon moi, avec chacune leurs qualités et leurs défauts. Le pilot, peut-être plus attrayant, choisissait finalement une voie plus classique (pour le thème des vampires notamment), la série, elle, va au fond de l’idée émise dans le titre mais montre une  inégalité dans son rythme.

Avant de s’attarder d’avantage sur la série, une rapide présentation de nos trois co-locataires hors norme s’impose ! Commençons par notre cher George. Loup-garou depuis seulement 2 ans, George ce trouve être un jeune homme d’exception puisqu’il possède un QI de 156 et maîtrise 6 langues (anglais bien sûr mais aussi français, allemand, italien, espagnol et croate). Après s’être fait mordre, il a décidé de tout quitter : famille, fiancée, travail. Accumulant les petits jobs de serveurs ou autres, il  finit par découvrir l’existence des vampires de façon brutale, c’est d’ailleurs à cette occasion qu’il rencontre Mitchell qui le sauvera de justesse. George est en plein déni concernant sa situation et n’aspire qu’à une seule chose : vivre le plus normalement possible ! Attardons nous maintenant sur Mitchell. Vampire irlandais âgé d’environ 100 ans (vampirisé lors de la 1ère Guerre mondiale), il a déjà bien vécu : il n’était pas en reste quand il s’agissait de s’amuser… ou bien de tuer ! Lui et son mentor Herrick sont même assez légendaires dans le milieu vampirique. Mitchell est actuellement en pleine remise en question de lui-même et tente tant bien que mal de ne plus consommer de sang. Après leur rencontre, George et Mitchell décident de s’aider mutuellement : George trouve en Mitchell un soutient non négligeable surtout qu’il en sait beaucoup plus sur le monde du surnaturel que lui, quand à Mitchell il voit en George, et en sa détermination à vivre une vie rangée, un garde-fou l’empêchant de laisser libre court à ses plus bas instincts. C’est donc tout naturellement qu’ils décident d’emménager ensemble… et rencontre Annie, notre fantôme ^^. Ancienne propriétaire de la maison que louent George et Mitchell, elle y est morte quelques temps plus tôt (chute dans les escaliers) alors qu’elle s’y installait pour couler des jours paisibles avec son bien-aimé Owen. Depuis, le fantôme d’Annie n’a eu de cesse de hanter la maison, faisant invariablement fuir tous les nouveaux locataires ! Mais sa rencontre avec Mitchell et George va montrer de nouveaux horizons à Annie qui va petit à petit retrouver de la consistance et du courage pour faire face à sa mort…

Côté développement, on pourrait dire que la série 1 pose les bases, avec des personnages qui se cherchent encore, qui apprennent à se connaître au-delà de ce qui les rassemblent (le surnaturel) et sont loin d’être à l’aise avec ce qu’ils sont ! Annie, qui nous apparaît d’abord insouciante et bien « vivre » sa mort, se révèle être perdue ne sachant pas pourquoi elle est encore là mais sans pour autant avoir envie de quitter ce monde. George, qui refuse d’admettre ce qu’il est, devra faire face assez violemment à sa condition et s’accepter. Mitchell, qui a longtemps vécu pleinement comme il était, rejette maintenant lui aussi son côté bestial, mais c’est sans compter sur les autres vampires qui ne voient pas d’un très bon œil ce revirement de sa part ainsi que cette colocation complètement inacceptable pour eux ! Le schéma de la série 1 peut se décrire ainsi : une histoire principale par épisode, l'homogénéité est à chercher dans la relation d’amitié qui se forge entre Mitchell, Annie et George. On peut aussi voir une trame de fond (concernant les vampires) se dessiner, menant (trop vite) au final qui laisse quand même entrevoir quelques changements notables pour la suite et fait qu'on en redemande !

On en arrive donc logiquement à la série 2. Pour l’occasion, outre les nombreuses photos promo, posters, teaser, trailer, making of et interviews (BBC met le paquet pour la promo de cette série) on aura le plaisir de découvrir sur le site officiel une nouvelle vidéo préquel (sous la même forme que celles de la série 1) qui introduit deux personnages haut en couleurs à savoir Ivan et Daisy, un « vieux »couple de vampires qui titillera George et Mitchell pendant une bonne partie de cette nouvelle saison. Outre de (nombreux) nouveaux personnages, la série 2 verra pas mal de changements. D’abord la narration de la série change de dynamique et met un peu de côté le style un épisode/une histoire pour donner une plus grande homogénéité à la série : de nombreuses trames se croisent et se développent en parallèle et s’étalent sur plusieurs épisodes. C’est d’ailleurs l’un des reproches que je pourrai faire à cette série 2 : si l’on n’aime pas un pan de l’histoire on se retrouve à devoir le « supporter » pendant plusieurs épisodes. Et justement, j’ai trouvé pas mal à redire sur certains développements. En fait, pour schématiser et simplifier, on pourrait dire que chacun des 3 personnages principaux se retrouve avec 3 grosses trames de fond : deux plus personnelles à chacun et une troisième commune aux 3. George hérite d’assez bonnes histoires personnelles vu qu’on continue à développer sa recherche de normalité (changement de boulot, petite amie...) et qu’en prime il partage l’histoire de Nina (qui est devenue un personnage principal de la série). Malgré tout, le début de saison nous montre une nouvelle facette de George (du fait de la fin de saison précédente) qui nous apparaît pendant un temps assez antipathique et c’est une première pour ce personnage ! Heureusement cela reste bien mené et surtout ne s’éternise pas de trop. Là où le bas blesse vraiment c’est du côté d’Annie : elle décide de « vivre » pleinement et se trouve même un boulot dans le bar du coin ! Malheureusement tout ce qui découle de ce nouveau décors (je déteste ce bar x_x) est soit d’un ennui mortel soit dénature complètement le personnage d’Annie qui devient pour le coup horripilante. Heureusement elle fini quand même la saison en beauté : redevenue la Annie qu’on aime elle sera au centre de scènes vraiment intenses et poignantes aussi bien pour nous que pour les personnages. Du côté de Mitchell, tout comme pour Annie c’est assez irrégulier. Cette fois ce n’est aucunement la faute des scénarios mais bien de l’acteur lui-même. S’il s’en sort réellement bien du côté de l’histoire de sa relation avec Lucy (donnant d’ailleurs lieu à un épisode Flashback excellent sur le passé de Mitchell) ainsi qu’avec la trame principale de la saison il n’en est pas de même avec l’histoire liée directement aux vampires. Aidan Turner ne réussit pas à convaincre quand il joue les gros bras ou essaye de faire peur aux autres vampires… on se retrouve même à se sentir gêné pour lui par moment ! Pourtant, paradoxalement, en fin de saison Aidan Turner récolte des scènes d’une grande violence et là pour le coup il est très convaincant !

La série 3 commence donc dans quelques jours. Pour nous mettre l’eau à la bouche et pendant tout le mois de décembre, BBC3 a posté régulièrement des vidéos d’Annie liées à sa situation en fin de saison 2. Au nombre de 10, elles pourraient s’apparenter à une Web-série et démontrent tout le talent d’actrice de Lenora Crichlow : la détresse d’Annie est palpable et le choix d’un plan fixe accentue l’angoisse des lieux.
Cette série 3, qui pour le coup a subit une délocalisation à Cardiff, a déjà dévoilée quelques nouveaux personnages qui promettent beaucoup : les MacNair père et fils qui vivent isolés dans une forêt de Cardiff et ont un passif plutôt dramatique avec les vampires et les loup-garou (le fils les chasserait d’ailleurs), Adam un vampire de plus d’une cinquantaine d’années mais au physique d’adolescent qui sera un personnage régulier et enfin une mystérieuse Lia que rencontre Mitchell en début de saison pendant sa tentative pour sauver Annie. Le changement de décor, l’ajout de nouveaux personnages et donc de nouvelles trames, et la conclusion de la trame de la saison précédente donnent immanquablement envie de ne pas manquer cette nouvelle saison !

En bref :
Une série réellement sympathique de par le pitch de base et le ton général mêlant surnaturel, humour et thèmes existentiels. Ici pas d’effets spéciaux tonitruants, juste le strict nécessaire, pour des personnages/créatures extraordinaires à la recherche d’ordinaire, des personnages vraiment attachants qu’on suit avec un plaisir non dissimulé !

  • Points positifs :
    + So British !
    + Idée de base sympa
    + Personnages très attachants
    + Développements intéressants

  • Points négatifs :
    - Quelques lenteurs

[Site officiel]

Share

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 18 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2020 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text