7 Shades of Zombie, tome 2 de Esteban Bogasi

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

couverture de 7 shades of zombie, tome 2 : Gris perle de Esteban Bogasi

Titre : 7 Shades of Zombie, tome 2 : Gris Perle

Auteur : Esteban Bogasi

Nombre de tomes : 2 actuellement, au moins un troisième en préparation.

Nombre de pages : 52 pages

Éditeur : The Cube

Prix : 0.99€ (n'existe qu'en version numérique actuellement)

Genre : Science-fiction, Thriller

Résumé : Lucie connait désormais le terrible secret de Nicolas Gris. C’est un Zombie. Mais cela ne semble pas l’effrayer outre mesure et elle compte bien en apprendre plus. Et l’envie de devenir comme lui se fait de plus en plus forte ! Mais son initiation va prendre un tour un peu plus laborieux qu’elle ne l’avait imaginé… Un zeste de romance, une pincée de fantastique, une touche de morts-vivants, le tout saupoudré d’humour noir, voilà ce qu’est en quelques mots 7 Shades of Zombie. Mais 7 Shades of Zombie c’est avant tout une histoire d’amour improbable entre une jeune femme et un zombie qui met tout en œuvre pour garder un semblant d’humanité. Vous ne regarderez plus les morts-vivants de la même façon…

Critique : Comme on dit, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Et comme je ne suis pas une imbécile (oh les jolies fleurs ^^). Ma curiosité a finalement été plus forte que mon dégoût (c’est là que je devrais peut-être songer à consulter, non ?). 

Je ne vais pas répéter ce que j’ai dit pour le premier : c’est toujours aussi écœurant  et même plus (on a un cadavre en train de se faire bouffer, avec des détails croustillants, dans tous les sens du terme, voyez-vous), et on a toujours des fautes à faire pâlir d’horreur n’importe quel littéraire davantage que les scènes d’horreur justement. Et bien sûr, l’humour n’est pas en reste non plus, et c’est tant mieux, ça aide à faire passer la pilule.

Néanmoins, dans ce deuxième volet je n’ai plus vraiment eu l’impression d’avoir affaire à une parodie. On a toujours des petits clins d’oeil (il m’a semblé en voir un sur Lestat le vampire d’ailleurs), mais on ne suit plus une histoire déjà vue (ou alors c’est une histoire que je n’ai pas encore eu sous les yeux). On peut dire que cette deuxième partie est plus originale que la première, et dans le bon sens.

Il faut aussi avouer une chose sur cet auteur : il sait maintenir l’envie de continuer de lire. Cette fin… Il a réussi à me convaincre de lire le tome 3 ! J’arrive même à avoir hâte de connaître la suite. D’ici à ce que je vous dise que j’apprécie les zombies, il n’y a plus des kilomètres. 

Voilà, Esteban Bogasi, félicitation, vous avez magistralement réussi votre coup : vous venez de rallier une fan à votre cause de romance morbide avec un zombie absolument indigeste mais pourtant prenante. J’ai plus apprécié ce deuxième épisode (alors qu’il est pire que le premier, allez comprendre), et j’espère être agréablement surprise par le troisième, au moins autant que les derniers paragraphes de celui-ci (non mais cette fin, je ne m'en remets pas). 

  • Points positifs :
    + Original, dans le sens où en plus ça ne semble plus être une simple parodie
    + Toujours un humour quand même assez plaisant (si on met de côté la partie horrible)
    + Style de l'auteur, qui nous montre en plus qu'il sait faire durer le suspens.
    + Une belle perspective pour le prochain tome grâce à la fin des plus inattendues.
  • Points négatifs :
    - Toujours écoeurant
    - Toujours des fautes jusqu'à overdose

Share

Ajouter un Commentaire

Règle fondamentale : le Respect !

Tout commentaire aux propos injurieux, racistes, homophobes, sexistes, etc... se verra supprimé et son auteur averti ou supprimé/blacklisté si récidive !!

Merci également de commenter l'oeuvre et non la critique en elle-même.


Code de sécurité
Rafraîchir

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 16 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2017 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text