Les enfants du rasoir Joe R. Lansdale

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

/!\ Ce livre a été lu à partir de l'édition numérique.

Titre : Les enfants du rasoir

Titre original : Nightrunners

Auteur : Joe R. Lansdale

Nombre de tomes : 1, et c'est déjà bien assez !

Nombre de pages : 320

Editeur : Milady

Editeur original : -

Genre : Horreur

Prix de l'édition papier : 6 euros

Prix de l'édition numérique : 4,99 euros

Machine de test : Cybook Orizon

Format du fichier utilisé : Epub

DRM : sans

Résumé : Un coin sympa. Oui, ce lac bordé de pins aurait pu être un coin sympa pour des vacances. Idyllique, même. Becky et Monty sont venus s'y réfugier pour tenter de rebâtir leur couple et d'oublier l'horreur de ce viol dont Becky a été victime sous les yeux de son mari. Un mari qui n'a pas eu le courage de s'interposer... Mais comment chasser pareil souvenir? Becky fait d'horribles cauchemars, des visions qui lui semblent prémonitoires. Rien n'est fini, ça ne fait que commencer. Car même si l'auteur du viol s'est pendu en prison, il a laissé derrière lui un terrifiant héritage. Le démon qui le possédait va hanter ses acolytes. Ces derniers, des adolescents désaxés, croyant venger leur complice en poursuivant Becky, vont en fait devenir les instruments démoniaques de cette monstrueuse entité. Ils vont devenir les Enfants du rasoir.

Critique :

Hier, j'avais écrit une assez longue critique. Le temps d'aller chercher sur Google une image pour la finir, elle avait disparu des onglets Firefox ! Je soupçonne l'auteur de m'avoir jeté une malédiction. Car il faut dire que je n'ai pas du tout apprécié ce roman. Et pour éviter toute nouvelle perte, j'ai téléchargé une extension qui permet de récupérer les textes des formulaires effacés suite à une malédiction (et non suite à un incident stupide du genre "j'ai cliqué sur la croix rouge de l'onglet au lieu de cliquer sur l'onglet lui-même, ce qui fait que j'ai perdu ma page...").

Les enfants du rasoir est le genre de bouquin que je ne vois pas comment aimer même en essayant d'être gentille et ouverte d'esprit. Pour résumer mon propos à ceux qui ne veulent pas lire toute la critique, c'est un torture porn long, laborieux et sans idée.

Si je ne l'ai pas aimé, ce n'est pas parce que l'histoire abonde de scènes de violence gratuite qui vont du passage du chat de la voisine sous la tondeuse à gazon aux tournantes d'adolescentes. Ce n'est pas parce que le tout baigne dans une vulgarité qui ne porte que sur deux sujets : le sexe et les cacas. C'est tout simplement car Les enfants du rasoir à le scénar d'une nouvelle étendue sur plus de 300 pages !

Il ne se passe rien dans Les enfants du rasoir. En tout cas, rien d'imprévisible. On devine dès le départ que nos deux héros - le mari lâche et sa femme violée, tous deux bien clichés - vont rendre la monnaie de leur pièce aux bourreaux qui les traquent. Et c'est exactement ce qui arrive. On devine dès le départ que l'héroïne ne va pas mourir malgré les visions qu'elle croit avoir de sa propre mort - après tout, elle précise qu'elle ne voit pas son visage et il y a, comme par hasard, un autre personnage féminin sans intérêt dans l'histoire. Or, devinez ce qui arrive ? Oui, la femme qui se fait assassiner n'est pas l'héroïne mais bien l'autre ! Tout est tellement téléphoné que ça rend le roman particulièrement inintéressant.

Histoire de nous achever dans l'ennui, le bouquin se découpe en trois parties : la première nous montre nos deux héros arrivant dans la cabane au bord du lac et les exactions du groupe d'adolescents qui parcoure les routes pour les retrouver. La dernière se concentre sur la bataille finale. Les adolescents retrouvent le couple. Au milieu, on a le droit à une série de flash back allant de la rencontre de nos deux héros au viol de madame en passant par la relation tordue entre les deux méchants : Clyde et son "élève" Brian.

Joe R. Lansdale effleure quelques bonnes idées. Il y a cette histoire de dieu rasoir, par exemple, sauf qu'au final l'unique scène où il apparaît est plus ridicule qu'effrayante et qu'il semble plutôt servir à justifier le côté fantastique de l'histoire, un peu comme les visions prophétiques de Becky (visions qui n'ont aucune utilité non plus). L'histoire aurait sans doute été plus efficace sans ces boulets surnaturels. Il y a aussi le "couple" que forme Clyde et Brian. On sent que l'auteur essaye de nous faire comprendre qu'il y a entre eux un peu plus que de l'amitié virile, mais le problème c'est justement qu'il se contente d'essayer. Il est même probable qu'un certain nombre de lecteurs passe à côté de l'allusion. Au final, on se retrouve donc avec deux mecs qui jouent au mentor et à l'élève. Encore une fois, que c'est original ! Enfin, on a l'impression que Joe R. Lansdale tente de glisser un propos dans son histoire, sauf qu'il n'est pas très clair et semble servir de prétexte à la violence du récit. Et si la morale de l'histoire est tout simplement de ne pas hésiter à se battre pour défendre sa vie quand on a affaire à des dégénérés, bref, de renouer avec l'Homme sauvage qui dort en nous, on ne peut pas dire que ce soit très original...

Quant au style, il ne rattrape rien. Hormis la vulgarité façon "auteur qui a des couilles" dont je parlais plus haut, on a un peu l'impression de lire un script de film transformé maladroitement en roman. Le tout étant assaisonné de longs dialogues. Certains diront que le style est très cinématographique ou bien dépouillé. Pour ma part, je dis qu'il est tout simplement mauvais.

Pendant que j'y suis, l'écart de prix entre papier et numérique, qui est à moins d'un euro avec la réduction librairie, ne mérite pas un achat en ebook... sauf si vous préférez acheter la version numérique à la version papier quand elle existe (le peu d'euros que j'économise me servant à acheter des romans que je n'aurais jamais acheté sans). Bon, ce n'est pas vraiment une critique car il me paraît difficile de vendre un roman de plus de 300 pages, déjà à seulement 6 euros en poche, en deçà de la barre des 5 euros. La seule solution serait une baisse de la TVA sur les ebooks (celle-ci est à 19,6%).

Points forts :

  • Je vous téléphone quand je trouve

Points faibles :

  • Personnages peu originaux
  • Aspect fantastique superflu
  • Trame prévisible
  • Long
  • Style médiocre

Share

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 19 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2020 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text