Proverbes I (anthologie)

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

 

Proverbes I

 

Titre : Proverbe I

Date de parution : 11 décembre 2010

Directeurs de publication : Magali Duez et Michaël Fontayne

Auteurs : Isabelle Guso, Frédérique Lorient, Ghislaine Maïmoun, Véronique Pingault, Laurence Rodriguez, Nathalie Salvi

Nombre de tomes : 1

Nombre de pages : 104 pages

Éditeur : Griffe d'Encre

Prix : 9€

Genre : anthologie SFFF

 

Résumé de l'éditeur

Bien avant que l’humanité ne se regroupe virtuellement en un grand village planétaire, les petits villages disposaient d’un moyen sûr pour transmettre le savoir et repousser les noirs corbeaux de l’inconnu : le proverbe.

Sibyllin ou sentencieux, réconfortant ou cinglant, il a réponse à tout, même lorsqu’on l’interroge sur lui-même : ainsi pour les Marocains « Le proverbe est la lampe des mots » tandis qu’en Chine on affirme que « Lorsqu’on a appris le livre des proverbes, on n’a plus d’efforts à faire pour parler ».

Qu’ils les corroborent ou témoignent de leurs limites, six auteurs ont mis en scène six de ces proverbes. Car s’il y a bien une manière d’éprouver leur réalité, c’est en les confrontant à la fiction.

 

Critique

L'anthologie débute sur l'histoire d'un petit garçon qui n'a décidément pas l'intention de manger ses petits pois, quoi que sa marâtre lui ordonne. Fort heureusement, le jeune héros de La Vengeance est un plat qui se mange froid dispose d'un arsenal de proverbes dûment appris et arrangés à sa façon, qui ne manqueront de lui être utiles... Une nouvelle courte mais efficace, avec quelques expressions détournées tout à fait savoureuses.

Seconde nouvelle, Pour vivre heureux, vivons cachés narre l'histoire de Victor, un homme qui adore sa sieste sur hamac, dans son jardin, les après-midi ensoleillés. Hélas, un voisin indélicat creuse bruyamment de l'autre côté de la haie. Difficile à supporter pour Victor, qui est sujet aux insomnies - mais comment ne pas l'être quand on vit dans une société sous haute surveillance ? Un texte qui fait mouche, malgré un sujet assez rebattu ; on ne peut que compatir aux malheurs de ce pauvre Victor.

Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir, troisième texte de l'anthologie - et aussi mon préféré - nous présente une jeune fille mal dans sa peau, mais qui, dès qu'elle s'endorme, rejoint un univers onirique où elle est une héroïne sans pareille. Dans ce monde étrange, où elle est reine, elle fait la rencontre d'un garçon qui va lui faire une étrange proposition... Assurément une belle réussite : bien écrit, captivant, émouvant, un dernier paragraphe inattendu, et qui donne une nouvelle dimension au texte... Vraiment une excellente nouvelle !

On arrive à la seule nouvelle qui ne m'ait pas convaincue : L'Habit ne fait pas le moine. Dans la riche et fort plaisante ville d'Applautousse vit l'enfant parfaite, la petite fille modèle que tout parent rêve d'avoir : Agathe. Non seulement elle ressemble à un ange, mais elle est aussi bien élevée et intelligente. Son père et sa mère pourraient-ils espérer mieux ? La réponse est évidente, donc ce n'est pas le suspens qui guide le lecteur - ce qui n'est pas en soi un problème. Seulement, la lecture de ce texte n'a su me tirer que des soupirs. Ce n'est pas mal écrit, oh non, le style est bien rodé, ça roule. Un peu trop, même. Bon, c'est une question de goût, puisque j'ai lu ailleurs que certains trouvaient ce texte "incisif" (je cite) ; pour moi c'est tout l'inverse, il est lisse et finalement assez quelconque. Tant pis.

Dans On n'est jamais si bien servi que par soi-même, une mère de famille légèrement maniaque, qui refuse de déléguer l'entretien de la maison à d'autres qui ne seraient pas aussi efficaces qu'elle - ou repasse derrière son employée, pour être sûre que tout soit fait nickel - se voit proposer une curieuse offre : "N'avez-vous jamais rêver de pouvoir vous multiplier pour que tout soit fait à votre manière ?". Un texte très agréable à lire, quoiqu'il souffre parfois de longueurs, et une fin tout à fait... fracassante.

Enfin, une mère raconte son histoire, la sienne et celle de sa fille qu'elle n'a jamais pu comprendre pour avoir céder à la pression des gens, pourtant bien intentionnés, qui préconisent de montrer par la force qui, du parent ou de l'enfant, détient savoirs et pouvoirs... Là où frappe le professeur, une rose fleurit est une nouvelle très touchante, servie par une écriture délicate. J'ai été vraiment émue par ce texte ; pour autant, j'avais parfois une impression de "trop", le sentiment de lire un mélo larmoyant. Ça n'enlève rien à la qualité de la nouvelle, qui a fait son effet, mais bon... Dans ces cas-là, j'ai toujours l'impression que l'auteur doute de ma capacité à comprendre ce qu'il veut dire sans en faire des tonnes.

Bref : Une bonne anthologie, que j'ai pris plaisir à lire. Seul un texte m'a échappé, donc score plus que satisfaisant pour Proverbes I. Le livre en lui-même est de plus doté d'une très jolie couverture ; il est peu épais, donc vite lu. Vraiment, je conseille !

 

Points positifs :

- de (très) bons textes

- vite lu

 

Points négatifs :

- vite lu (ça ne plaira pas à tout le monde)

- le prix qui ne plaira pas à tout le monde (et pourtant...)

 

Site des éditions Griffe d'Encre.

Share

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 24 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2018 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text