Dragon Ball Z Budokai Tenkaichi 3 sur Wii

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

Titre : Dragon Ball Z Budokai Tenkaichi 3

 

 

Titre original : Dragon Ball Z Sparking Meteor

 

Editeur : Atari

 

Développeur : Spike

 

Sorti en France : novembre 2007

 

Série : 3è et dernier épisode de la série Budokai Tenkaichi 3

 

Autre support : Playstation 2

 

Prix : à partir de 20€ environ

 

Genre : combat

 

Rating : 12+ (violence)

 

Online : Oui sur Wii, non sur ps2

 

Trailer :

 

 

 

Résumé :

Enième adaptation du manga culte d'Akira Toriyama, DBZ BT3 nous propose de revivre les combats les plus marquants du dessin animé, de Dragon Ball à Dragon Ball GT en passant, bien sûr, par Dragon Ball Z. 

 

 

Critique :

Pour ce dernier épisode Tenkaichi, les développeurs ont tout fait pour toucher du doigt la perfection, pour proposer enfin l'adaptation ultime de Dragon Ball Z en jeu vidéo. 

Force est de constater qu'ils ne sont pas loin d'avoir réussi. Graphiquement, c'est aussi beau que le second Tenkaichi. Les animations sont magnifiques, très bien réalisées, et ont même été entièrement refaites. Les décors sont riches et variés, destructibles en de multiples endroits, et comme d'habitude une seconde version de chaque décor prend la place du décor d'origine après une attaque ultime. 

 

Concernant le mode scénario, fini le système du second opus, où les développeurs étaient allés fouinés dans les moindres recoins du manga pour proposer une exhaustivité maximum du nombre de combats. Ici, l'histoire est découpé en plusieurs sagas, chacune contenant un nombre limité d'affrontements. La grande différence, c'est qu'au lieu de découper chaque affrontement en plusieurs combats, comme auparavant, on se retrouve maintenant avec un combat qui peut parfois durer plusieurs dizaines de minutes. Les protagonistes s'enchainent sur simple pression d'une touche, si le joueur a réuni les conditions du passage à la prochaine phase du combat bien entendu. Les fans du second épisode pourront être un peu déroutés par ce nouveau système, qui apporte néanmoins un dynamisme et une fluidité plus à même de rendre fidèlement l'ambiance, la vitesse et l'intensité des combats du dessin animé. 

 

Là où les habitués seront aussi dépaysés, c'est au niveau du nombre de personnages. On passe à 96 personnages jouables, pour un total de 161 en comptant les diverses transformations et fusions. Certains personnages sont disponibles en plusieurs exemplaires, comme Goku ou Vegeta, afin de mieux appréhender l'évolution et les changements de tactiques et de techniques de combat des personnages. On se retrouve ainsi, par exemple, avec le Goku enfant de Dragon Ball qui ne sait pas voler, le Goku jeune adulte du début de Dragon Ball Z qui utilise le kaioken, le Goku des périodes Freezer et Cell, le Goku final de Dragon Ball Z qui peut utiliser le super sayien 3, et le Goku enfant de Dragon Ball GT ! Bien que cela puisse sembler particulièrement redondant, il s'agit bel et bien de 5 personnages distincts, au gameplay très différent. Certains sayiens se sont même vus attribuer leur forme de singe géant, qui n'apparait pourtant jamais dans le manga (Radditz, Nappa et le roi Vegeta, par exemple). On retrouve des personnages de toutes les sagas, et même un roster assez exhaustif des personnages venus des OAV. 

Et contrairement au deuxième opus, le nombre de personnages à débloquer est assez réduit, permettant ainsi un jeu à deux joueurs intéressant et varié, sans avoir besoin de jouer en solo pendant des dizaines d'heures. 

 

Le gameplay, lui, reste en apparence inchangé. On note une disparition du scan manuel, celui-ci s'exécutant désormais automatiquement. Certaines attaques ont été rajoutées, d'autres, au contraire, ont été retirées, très peu de changement, globalement. 

La version Wii propose la possibilité de jouer en utilisant le capteur de mouvements et les fonctionnalités gyroscopiques de la WiiMote et du Nunchuk. Sur le papier, faire les mouvement du kamehameha comme dans le dessin animé - un vieux rêve de gosse pour tous les grands enfants qui, comme moi, ont grandi avec le Club Dorothée - est un fantasme qui se réalise. Mais dans les faits, le système est trop basique, pas assez élaboré et travaillé, bien trop strict au niveau des mouvements à effectuer, et se révèle au final extrêmement frustrant, les attaques refusant de sortir 2 fois sur 3. 

 

En dehors de ce défaut, ce troisième Budokai Tenkaichi embarque le même inconvénient que ses deux prédécesseurs pour le jeu à deux : l'écran splitté réduit énormément le champ de vision de chaque joueur, et la plupart du temps, l'action se passe hors-champ, quand le personnage n'est pas lui-même aux trois quarts hors-champ lors de simples déplacements. 

En outre, le temps de jeu solo nécessaire au déblocage de tout ce qu'il y a débloquer est extrêmement long : une fois qu'on a joué une centaine d'heures, on n'a plus forcément envie de continuer, même avec des humains en face. On se dit qu'on a fini le jeu, et on passe à autre chose.

Ce qui n'est pas plus mal, puisque de toutes façons, comme expliqué un peu plus haut, le jeu est quasiment injouable en mode deux joueurs. 

La version Wii propose un mode online, mais ça fait malheureusement bien longtemps que celui-ci est totalement déserté, au profit des opus ps3. 

Reste le jeu solo, excellent et prenant, qu'on prend plaisir à refaire de temps en temps. 

 


 

 

Les + :

+ Toujours aussi beau et bien fait

+ Un nombre hallucinant de personnages !

+ Un gameplay profond et beaucoup plus complexe qu'il n'y parait

+ Les voix japonaises

+ Un jeu solo très long et excellent

 

 

Les - :

- Beaucoup de personnages copier-coller

- Un mode deux joueurs injouable

- Un mode online inutile

 

 

Note : 17/20 pour les fans - - 13/20 pour les autres.

Share

Vous ne pouvez pas poster de commentaires. Veuillez vous identifier ou créer un compte pour cela.

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 52 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2017 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text