Les soupirs de Ligeia, numéro 1 (revue)

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

Titre : Les soupirs de Ligeia

Numéro : 1

Publiée le : Janvier 2011

Prix : 4,90 euros (frais de port inclus)

Thème : le gothique dans tous les sens du terme (littérature, art, musique, mode, chocolat noir...)

Pages : 48 (N&B, petit format)

Rédactrice en chef : Cécile Guillot

Collaborateurs : Stéphane Soutoul, Laure Mayfair, Adrien Party, Serindë

Illustratrice : Serafina

Couverture : Anna Marine

Novellistes : Vanessa Terral, Gwenaelle Durand

Présentation : Les soupirs de Ligeia est une revue ayant pour thèmes la culture underground et les univers sombres. Certains la qualifieront de "gothique".

Critique :

Les soupirs de Ligeia est encore un jeune projet, même si les lecteurs bien renseignés auront remarqué quelques noms connus comme Cécile Guillot (ayant participé à l'anthologie Momie et maquettiste, illustratrice et webmastrice pour Cauchemars, entre autre chose), Stéphane Soutoul (publié chez Cauchemars et aux Editions du Petit Caveau), Adrien Party (on me susurre qu'il a fondé le blog vampirisme), etc, etc... Bien que ce projet ne soit pas stricto sensu pro’ (enfin, je crois), je trouve normal, par respect envers les personnes qui y participent, de le traiter de la même manière.

Première chose plaisante dans ce premier numéro, la mise en page. Elle est sobre, de la couverture où les titres ne se baladent pas dans tous les sens au contenu plutôt bien pensé. Quand on voit la gueule de certains magazines que je ne citerai pas pour éviter de décéder prématurément, ça fait plaisir. Par ailleurs, le noir et blanc n'aurait pas aidé à des débordements visuels psychédéliques. L'idée de la double colonne de texte par page est très bonne étant donné le format de la revue. Les visuels sont de bonne qualité et placés là où il faut. Pas de pixels gros comme un bœuf, excepté pour une vignette dans l’article consacré à Neil Gaiman et la pub pour un livre des Editions du Riez. Niveau orthographe et typographie, je n'ai rien remarqué de dramatique. Quelques coquillettes ici et là mais, encore une fois, pour avoir eu l'immense horreur de feuilleter un certain magazine de manga à sa sortie, c'est tout à fait pardonnable. Disons que ce serait pas mal d'accentuer les majuscules, comme les À, de faire attention à la ponctuation et d’uniformiser certaines choses pour les nouvelles (voir plus bas pour les détails, je préfère traiter ça au cas par cas).

Au niveau du contenu, on trouve en ouverture une interview de Malaika Macumi, qui sort son premier recueil chez les éditions du Petit Caveau (oui ça fait un peu auto-promo, là, mais je fais ma petite danse du contentement cinq minutes et je me calme, ah, voilà !). Même si elle ne fait que deux pages, ce qui ne permet pas de développer les propos tenus, Malaika Macumi développe un point vu intéressant sur la limace, pardon, le vampire dans Twilight. Je me demande si passer les interviews d'auteur à trois pages ne serait pas un plus (du moins, quand ils ont des choses pertinentes à dire, ce qui n'est pas toujours le cas).

Le vampire dans la littérature moderne résume la conférence qu’Adrien Party a faite durant le salon du vampire. Sa vision de l'évolution du vampire dans la littérature me paraît on ne peut plus correcte. Surtout, il arrive à résumer la chose en très peu de caractères, ce qui a dû être un exercice compliqué (pour ma part, j'adore raconter ma vie). Juste un petit souci quand même, venant peut-être d'un choix de mots ou de la nécessité de condenser l'information : si je ne me méprend pas, Anita Blake de L.K. Hamilton a débuté en 1993, à la même époque que la sortie du film Buffy. La série Buffy date de 1997. Donc je ne sais pas si on peut affirmer que Buffy a influencé Hamilton, même si cette influence me semble effectivement exister pour beaucoup de romans de Bit Lit. Pour ce qui est de la littérature Young Adult, je ne crois pas qu'on puisse dire non plus qu'elle lui a donné naissance, par contre elle a certainement popularisé la catégorie fantastique du Young Adult et les récits vampiriques dans celle-ci (même si un roman comme The Silver Kiss, La solitude du buveur de sang en français, de Annette Curtis Klause, est sorti en 1990). A part ça, j'ai apprécié que Adrien Party fasse une mise au point sur l'origine du terme Bit lit, qui confirme ce que j'avais moi-même cherché il y a deux ou trois mois. A cause de la consonance anglophone du terme, je connais beaucoup de gens qui ignorent ce détail et c’est donc important de le rappeler. Surtout, on a l’air moins con quand on cherche de la Bit Lit en anglais et qu’on en trouve pas car on n'utilise pas le bon terme !

En passant, je ne savais pas qu'il existait un livre ayant le doux titre des Tapineuses vampires. Il faut que je le trouve celui-là, parce que ça m’a l’air de valoir le coup d’œil !

L'article suivant, de Stéphane Soutoul, est consacré à Neil Gaiman et à son roman graphique Death : la vie... à quel prix ! Je ne connais pas du tout cette œuvre donc j'aurais bien du mal à en débattre mais j'ai trouvé le texte intéressant. Suit aussi En librairie : notre sélection qui, comme l'indique son nom, parle d’œuvres qui ont attiré l’œil de l’équipe.

Le salon du vampire par Stéphane Soutoul parle du... salon du vampire qui s’est tenu à Lyon les 4 et 5 décembre 2010. Il confirme le potentiel énorme de cette convention. Espérons qu’une version 2011 ou 2012 se tiendra pour ceux qui peuvent s’y rendre (donc, pas moi...).

L’interview de Anna Marine permet de mettre en avant une artiste russe qui n’a rien à envier à certains grands noms, comme Victoria Frances (à qui elle est souvent comparée). Il faut dire qu’elles ont certaines sources d’inspirations communes.

On a ensuite le droit à une présentation du gothic metal par Laure Mayfair. L’article présente quelques répétitions sur certains aspects mais me semble très bien documenté. Ceci dit, la musique est loin d’être mon sujet de prédilection même si je connais une bonne partie des groupes qui sont cités par Laure Mayfair.

Une nouvelle interview s’intercale. Ici, il s’agit de l’Atelier Sylphe Corset qui fabrique des corsets. J’ai appris plein de choses. Attention toutefois à la ponctuation (espace avec les virgules, etc) et aux majuscules. C’est le texte qui contient le plus de problèmes.

Dans la continuité de cette interview, on trouve un article à la fois court mais complet sur l’histoire du corset de Serindë corsets. Et en passant, bravo à l’auteur d’avoir cité ses sources ! C’est une pratique que même certains milieux pro’ ont tendance à oublier alors qu’il n’y a aucune honte à se documenter ailleurs… il y en a par contre beaucoup à voler le travail des autres sans les citer. J’ai aussi beaucoup aimé les nombreuses illustrations qui accompagnent l’article.

Témoignage, être gothique aujourd’hui laisse la parole à trois personnes. Le point de vue de Zahadeck m’a paru tout particulièrement intéressant (ce qui ne signifie pas que les autres ne le sont pas !).

Nous voilà presque à la fin de la revue mais il reste encore deux, voire trois surprises. Deux courtes nouvelles : Le pardon de Gwenaelle Durand et Cet homme dans l’ombre du cyprès de Vanessa Terral. Elles sont illustrées par Serafina. Le pardon est un court récit assez classique mais bien écrite et agréable à lire. Il faut dire aussi qu’elle ne fait que trois pages… Cet homme dans l’ombre du cyprès, qui se déroule en Grèce, est un peu plus longue et un peu plus originale mais je n’en dirai pas plus pour ne pas révéler la chute.

Inclure de la fiction dans Les soupirs de Ligeia est une très bonne idée. Par contre, la mise en page de ces deux nouvelles manque d’uniformité. Vanessa Terral utilise des tirets cadratins (ce qui est correct) mais pas Gwenaelle Durand. Il aurait aussi été plus agréable pour la lecture d’avoir des retraits au début de chaque paragraphe.

Malgré quelques petits soucis, ce premier numéro révèle un projet plus que prometteur. Il propose surtout un contenu varié et écrit par des gens passionnés par leur sujet, et surtout connaisseurs. Bien que l'on puisse toujours débattre de tel ou tel point de vue quand on est aussi casse couille que moi...

La conception de ce premier numéro a dû être très rapide puisque Cécile Guillot nous a parlé de son projet vers octobre. Le numéro deux devrait sortir en Avril, ce qui devrait laisser amplement le temps à l’équipe de rectifier les quelques erreurs de forme dont j’ai pu parler. L'autre point qui me paraît améliorable, c'est le nombre de pages qui pourrait être étendu. Mais, là, seules les ventes peuvent le permettre.

[site officiel]

Si vous avez participé à ce numéro et que vous avez un site perso, un blog, un journal intime rempli de secrets cochons, n'hésitez pas à l'indiquer en commentaire. Je n'ai mis que ceux que je connais ou que j'ai trouvé.

Share

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 88 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2018 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text