Night Stalker : le guetteur

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

 

Titre : Night Stalker : le guetteur

Titre original : Night Stalker

Créateurs : Jeffrey Grant Rice (série originale) & Frank Spotnitz (version 2005)

Durée : 42 minutes par épisdoes

Pays d’origine : USA

Nombre de saison et d'épisodes par saisons : 1 saison :
2005 : 10 épisodes

Dates de 1ère diffusion/sorties en DVD :
1ère diffusion US : 29 septembre 2005
1ère diffusion France : 22 décembre 2007
Sortie DVD de l’intégrale saison 1 : US/30mai 2006 ; France/Jamais sorti

Genre : Fantastique / Enquête

Bande annonce :

 

Acteurs :

 

Résumé :
Le journaliste Carl Kolchak a perdu sa femme Irène dans des circonstances très insolites ; le FBI croit d'ailleurs toujours qu'il en est l'assassin mais, faute de preuve, il n'a pas été arrêté. Depuis, Kolchak s'est mis à enquêter sur toutes les morts étranges qu'il pouvait trouver, découvrant même sur le corps de certaines victimes une marque semblable à celle retrouvée sur celui de sa femme. Anthony Vincenzo, responsable du journal le L.A. Beacon et vieil ami de Kolchak, décide de l'engager pour la rubrique criminelle, mais Perri Reed, journaliste responsable de la rubrique en question, se méfie de ce nouveau venu et de ses curieuses histoires...

 

Critique :
Tout d'abord il faut savoir que Night Stalker n'est autre que le remake de "Kolchak : the night stalker", série de 20 épisodes datant de 1974/1975 (déjà produite par ABC, comme ce remake) et qui inspira Chris Carter pour "The X-Files" ; Chris Carter n'a d'ailleurs jamais caché son amour pour cette série des années 70 qui comtait les enquêtes au-delà du réel d'un journaliste. Finalement, il n'y a donc rien de bien étrange à voir Frank Spotnitz (scénariste entre autres du film "The X-Files") être l'un des instigateurs de ce remake : la boucle est bouclée ;).
A noter d'ailleurs que l'épisode pilote s'amuse à rendre hommage à la série originale puisqu'on pourra remarquer des objets familiers aux fans traîner dans les bureaux du L.A. Beacon (comme le chapeau du Kolchak des années 70) et on pourra également y croiser Darren McGavin, le Carl Kolchak d'origine, l'équipe des effets spéciaux ayant prélevé l'acteur numériquement dans un ancien épisode pour le faire apparaître ici (aux alentours des 16 min).

Voilà donc Carl Kolchak remis sur les rails pour de nouvelles aventures qui n'ont rien à envier aux affaires non classées. L'ambiance sombre prédomine avec une action qui se déroule principalement de nuit, on trouve aussi un côté détective privé avec la voix off de Kolchak qui introduit et conclue tous les épisodes, peu d'humour mais plutôt des créatures qui se tapissent dans l'ombre, des phénomènes paranormaux, des évènements tragiques et sanglants, etc...
La réalisation est de grande facture avec une qualité d'image très propre et belle même si on pourrait lui reprocher un manque d'originalité et de mise en danger côté mise en scène (en même temps, le choix de l'ambiance ne permet pas beaucoup de liberté).

Le casting quand à lui est impeccable ! Stuart Townsend procure à son personnage un capital sympathie immédiat, ce qui fait qu'on s'attache très vite à Kolchak et à sa quête, mais il réussit aussi parfaitement à jouer la carte du mystère : Kolchak est-il vraiment innocent ? Quels mystères l'entourent ? Son obsession pour le paranormal n'obscurcit-elle pas ses jugements ? Gabrielle Union hérite elle du rôle de la septique, la "Scully" de service... en tout cas c'est ce qu'on pourrait se dire aux premiers abords, mais son personnage apparaît très vite beaucoup plus ouvert que prévu : Perri Reed étant finalement bien moins bornée et aveuglée que peut l'être Kolchak ! A côté du "couple" vedette on notera surtout le toujours excellent Cotter Smith et John Pyper-Ferguson, une sorte de Nemesis pour Kolchak, en la personne de l'agent spécial Fain qui croit fermement à la culpabilité de Kolchak et est bien décidé à la prouver !

Musicalement... faut juste supporter Mark Snow <_<. Le compositeur qui s'est fait connaître via X-Files (encore ^^) nous livre ici ce qu'il maîtrise et rien d'autre (ou presque) à savoir des musiques sombres aux accents angoissants... et toujours et encore dans la même veine de ses anciennes compositions ! Enfin personnellement le manque de renouvellement de sa part me rend limite allergique à son travail, pourtant j’avoue que j'ai relativement bien supporté le choc ici et j'ajouterai même que j'ai beaucoup apprécié le thème principal du générique.

Niveau scénario on ne pourra que regretter qu'ABC n’ait pas laissé la chance à la série de s'installer et de créer sa propre mythologie (qui promettait beaucoup) ! Le Network a en effet arrêté la diffusion au bout de seulement 6 épisodes (en plein milieu d'une histoire en deux parties >_<) sous prétexte de scores d'audience non satisfaisants ! On croit rêver quand on sait que la chaîne n'avait pas fait d'aussi bons chiffres dans cette case horaire (en face on retrouvait les Experts sur CBS, donc une case "suicidaire") depuis 5 ans (augmentant de 50% la part de marché par rapport à l'année précédente) ! C'est finalement la chaîne Sci-Fi qui racheta les droits et fini la diffusion US l'année suivante avec les 4 derniers épisodes produits et resté inédits sur ABC.

Donc comme je disais : l'histoire promettait beaucoup ! C'est vrai qu'on peut trouver des épisodes plus faibles que d'autres, avec un relent de déjà vu et un inévitable symptôme du "monstre" de la semaine (quoique l'expression ne soit pas très juste vu que des monstres on doit en croiser 2 en tout et pour tout). Seulement à côté de ça, on trouve une mythologie assez alléchante servie par des scènes et des épisodes bien au-dessus du lot et qui montre que la série se dirigeait vraiment vers quelque chose de plus complexe et d'encore plus noir ! Pour preuve les épisodes en deux parties que sont le 1.06 "The Source" et le 1.07 "The Sea" qui étoffaient le mystère autour de Kolchak, ou bien encore le dernier épisode produit, le 1.10 "What's The Frenquency, Kolchak ?", qui prouvait l'intelligence des scénaristes avec un épisode centré sur la psychologie de Kolchak. On peut d’autant plus regretter l’arrêt de la série quand on lit les révélations faites par Frank Spotniz quelques temps après, où il nous révélait les grandes ligne directrices que la série allait suivre si elle avait continué, et ça, ça ne peut que nous mettre l’eau à la bouche et nous donner envie de maudire ABC pour l'éternité de nous en avoir privé !

Pour les curieux, voilà les révélations en questions :

- Sachez qu'une véritable lutte entre le bien et le mal était à l'ordre du jour et qu'une énorme remise en question du personnage principal allait être progressivement mise en place (un nouveau personnage très important allait rapidement faire son apparition : un homme possédant la même marque de naissance de Kolchak et expliquant à ce dernier que cette marque était un signe prouvant leur destiné à lutter contre le mal... sauf que cette marque allait se révéler être totalement l’opposé !).
- Spotniz révélait également si oui ou non Kolchak avait tué sa femme : donc la réponse est non, il ne l'aurait pas tué... enfin pas volontairement ^^ (la force maléfique, qu'il est sensé servir, l’aurait guidé sur cette route désertique et vers cet « accident »).
- Finalement Spotniz explique que Kolchak était destiné à être du côté du mal et que pour lui le personnage de Reed représentait le bien...
- Il ajoute aussi qu'il ne s'agit là que des grandes lignes, et qu'il ne compte pas révéler quoique ce soit sur la conclusion qu'il aurait aimé donner à la série, ne voulant pas saborder une hypothétique sortie de placard du projet ^^.


En bref : une série sombre à l'esthétisme agréable qui commençait véritablement très bien, avec des acteurs à la hauteur et des histoires et personnages bien écrits (Kolchak et le mystère qu'il poursuit, à moins que ce ne soit le contraire, promettaient beaucoup !)... Night Stalker aurait mérité une saison complète pour pouvoir se construire d'avantage mais aussi et surtout un meilleur traitement de la part d'un Network qui a fait preuve d'une stupidité rare en la plaçant dans une case horaire impossible à satisfaire !

  • Points positifs :
    + Ambiance noire
    + Réalisation très propre
    + Acteurs convaincants
    + Trame de fond accrocheuse

  • Points négatifs :
    - Mark Snow à la composition
    - Pas de fin ! >_<

Share

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 17 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2020 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text