Georgina Kincaid 1 : Succubus Blues de Richelle Mead

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

Titre : Georgina Kincaid 1 : Succubus Blues

Titre original : Georgina Kincaid 1 : Succubus Blues

Auteur : Richelle Mead

Nombre de tomes : saga en 6 volumes (en cours ?)

  • Succubus Blues
  • Succubus Nights (USA : Succubus on top)
  • Succubus Dreams
  • Succubus Heat
  • Succubus Shadows
  • Succubus Revealed (septembre 2011 aux USA)

Nombre de pages : 384

Editeur : Bragelonne/Milady

Editeur original : Kensington

Genre : Bit-lit

Prix : 19,00 euros

Prix de l'édition numérique : 5,99 euros

Machine de test : Non testé

Format du fichier utilisé : Epub

DRM : sans

Résumé : Georgina Kincaid est succube a Seattle. A priori' un choix de carrière plutôt sympa: la jeunesse éternelle, l'apparence de son choix une garde-robe top-niveau et des hommes prêts à tout pour un simple effleurement. Pourtant, sa vie n'est pas si glamour : pas moyen de décrocher un rancard potable sans mettre en péril l'âme de l'heureux élu. Heureusement, elle est libraire, et son travail la passionne! Livres à l'œil, moka blanc à volonté... et la possibilité d'approcher le beau Seth Mortensen, un écrivain irrésistible qu'elle rêve - mais s'interdit - de mettre dans son lit. Mais les fantasmes devront attendre. Quelqu'un s'est mis en tête de jouer les justiciers dans la communauté des anges et démons. Bien malgré elle, Georgina est propulsée au cœur de la tourmente. Et pour une fois, ses sortilèges sexy et sa langue bien pendue ne lui seront d'aucun secours.

(résumé trouvé sur Amazon)

Critique :

Je n'aime pas la Bit-lit à la base. Si, je vous jure ! Pourtant, je regarde toujours Buffy avec plaisir. Angel aussi. Mais je n'ai pas réussi à finir le premier volume d'Anita Blake. Je n'ai pas réussi à m'intéresser plus que cela au deux premiers volumes en VO de l'adaptation en comic. Et tous ces résumés de livres avec des super-héroïnes tombant amoureuses de super-gars terriblement sexy et mordant (ou terriblement méchant), ça me colle des boutons tant ça sent bon l'originalité et la recherche. Bref. La plupart du temps, je me demande "mais pourquoi une femme ? Et pourquoi une femme hétéro ? Et pourquoi des super-pouvoirs ? Et pourquoi des mecs sexy ? Et pourquoi pas des gays ? Pourquoi la Bit-lit, ça devrait toujours, toujours être ça ?!". Bref. Je suis une emmerdeuse tout à fait capable de se ramener sur le topic annonçant la sortie d'un nouveau livre de Bit-lit pour poser toutes ces questions. Au grand désespoir des fans.

Pourtant, Succubus Blues s'est avéré une découverte agréable. Le roman n'est bien sûr pas dépourvu de soucis. Sur un plan très personnel, les descriptions des multiples tenues de Georgina, façon femme superficielle et matérialiste, m'ont par moment fait lever les yeux au ciel. Heureusement, c'est surtout présent au début. J'ai aussi trouvé l'intrigue trop prévisible, devinant souvent un retournement de situation quelques chapitres avant qu'il n'arrive. Par ailleurs, même si l'auteur tente de trouver une justification, je trouve totalement invraisemblable que Georgina, qui semble avoir deux millénaires (elle fait référence à l'époque latine) ne sache toujours rien sur les immortels dont elle fait partie. De même, il est franchement déplorable qu'elle mette autant de temps à percuter sur un certain passage de la Bible (je n'en dirais pas plus) alors que même moi, en ne l'ayant jamais lue, j'avais saisi le sens de cet extrait et compris ce dont on parlait...! Qu'Erik, un simple mortel, en sache apparemment plus que des immortels très anciens, sur leur Histoire, me paraît tout aussi bizarre. Et puis, honnêtement, je trouve le mauvais côté (les démons et compagnie) très gentillet dans l'ensemble, même quand il s'essaye à faire les gros yeux. On dirait des boyscout qui tentent de s'encanailler. Même le méchant n'est pas bien machiavélique. Mouais. C'est incroyable à dire mais Carter, l'ange, a bien plus de mordant (sans pour autant être méchant en soi). A ce niveau, l'auteur a encore des progrès à faire.

Mais, malgré ça, Succubus Blues est une lecture très sympathique, un petit plaisir agréable comme grignoter des chocolats tard le soir devant la télé. La plume est vive et très actuelle. Les répliques font la plupart du temps mouche. Les personnages sont à peu près tous attachants (j'avoue avoir une large préférence pour Carter) même si certains auraient mérité un peu plus de développement. Je ne me suis pas ennuyée. J'ai lu jusqu'au bout avec intérêt. Georgina est amusante à suivre, tantôt vulgaire et effrontée, tantôt fragile. Les âmes sensibles seront ravies de savoir que le romantisme n'est pas absent, peut-être au détriment de l'action, hélas, mais peu importe. Il y a quelques scènes de sexe aussi : rien de bien méchant, on reste dans un style assez romantique (certains diraient féminin). Je ne crois pas que cela puisse choquer grand monde. Et puis, cela à tout à fait sa place dans une histoire de succube, alors il n'y a rien d'étonnant à en trouver. J'aurais été certainement déçue dans le cas contraire.

Bien que je craigne que la série finisse par tomber dans une certaine monotonie - c'est le risque avec le genre -, je continuerai sans doute avec le volume 2.

En passant, je trouve la couverture française plus agréable que celle de la VO.

Points forts :

  • Un récit agréable et pas prise de tête
  • Des personnages attachants
  • Du sexe

Points faibles :

  • Intrigue prévisible et des points mal justifiés
  • Des "mauvais" trop gentillets
  • Du sexe (vu que certains n'aiment pas)

Share

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 37 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2019 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text