Tarots Divins, jeu 1 - La sanguinaire d'Aurélie Mendonça

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

/!\ Lu à partir de l'édition numérique

Titre : Tarots Divins, jeu 1 - La sanguinaire

Auteur : Aurélie Mendonça

Nombre de tomes : 2 tomes (en cours)

Nombre de pages : 250 pages

Éditeur : Rebelle

Genre : dark fantasy, gothique, fantastique

Prix papier : 18,50 €

Prix numérique: 7,90 €

Machine de test : Cybook Odyssey HD frontlight

Format du fichier utilisé : epub

DRM : sans

Résumé : Dans un monde qui ne valait plus la peine d’être sauvé et en lequel je ne croyais plus, j’ai décidé de faire régner ma propre loi. Chasseuse devenue vampire, paria, traîtresse, génie, rejetée par ceux que je protégeais et admirée par cette race que je haïssais, je n’ai aujourd’hui plus qu’une seule chose à l’esprit : ma vengeance.

Combattre pour gagner ma place sur le trône n’était que le premier pas.

Je m’appelle Elizabeth. Je suis désormais la reine des Vampires.

Critique :

Tarots divins tient une place particulière dans mon cœur pour la bonne et simple raison que j'aurais adoré qu'il soit publié dans notre maison d'édition (Petit Caveau). Malheureusement, plusieurs concours de circonstances auront fait que nous n'en aurons jamais eu l'occasion, et j'ai même cru pendant un moment que l'auteur allait laisser tomber l'écriture suite à la disparition de l'éditeur de peu de confiance qui l'avait prise sous son aile. Alors, quand j'ai vu le livre apparaître dans le planning de Rebelle, j'étais vraiment ravie pour Aurélie Mendonça. J'ai lu ce roman il y a quelques mois sans avoir eu le temps de rédiger ma chronique. J'espère tout de même faire passer mon ressenti au mieux.

Ce premier roman n'est pas sans quelques défauts, à commencer par une fin où les événements s'enchaînent un peu rapidement à mon goût et qui aurait peut-être mérité un peu plus de travail pour que le rythme soit moins "haché". Cependant, j'ai adoré l'héroïne, qui m'a changé des archétypes des héroïnes que l'on nous sert en ce moment. Elisabeth Wolfgrave se moque bien des beaux gosses et de sa vie de couple (ou presque, mais chut !) : tout ce qui compte à ses yeux, c'est de se venger de ceux qui l'ont trahie, elle et son amant. Pour accomplir ses objectifs, elle est prête à tout, même à devenir la reine des créatures qu'elle déteste le plus : les vampires. Dès le début de l'histoire, notre impitoyable vampiresse fait une entrée en la matière sanglante et se montre intraitable envers tous ceux qui se dressent devant elle. Ici, pas de chichi. Elisabeth tue pour asseoir son pouvoir et peut compter sur des alliés tout aussi vindicatifs qu'elle. Puissante et implacable, elle finit par se révéler plus humaine à travers le regard de certains personnages secondaires qui lui sont proches (le fidèle Nilosh et le malin Huan) et lorsque les raisons de son comportement sont révélés plus en détail au cours de l'intrigue, avec à la clef quelques révélations surprenantes !

Le premier volume de Tarots divins se rapproche plus de la dark fantasy (même s'il se déroule dans notre monde et à notre époque) et du roman gothique (pour les décors et l'ambiance, notamment), que de la bit lit ou de l'urban fantasy. Les vampires ne sont pas sexy et civilisés, mais sauvages et fiers de l'être. Du moins, pour ceux qui n'ont pas pactisé avec leur grand ennemi, les chasseurs. Nous sommes vraiment loin du roman générique, ce qui est à la fois une force et une faiblesse. Une force, car l'univers d'Aurélie Mendonça est indéniablement personnel et possède une âme. Une faiblesse, car certains lecteurs pourraient être désarçonnés de ne pas retrouver dedans le style et les codes des histoires de vampires qu'on nous sert actuellement. Elisabeth n'est assurément pas une héroïne comme les autres et il faut sans doute un peu de temps pour l'apprivoiser et l'apprécier. Pour ma part, j'ai hâte de découvrir le second volume, en espérant qu'il confirmera ma très bonne impression.

Je terminerai sur la couverture. Suite à une discussion avec l'éditrice, j'ai cru comprendre qu'elle n'avait pas été très appréciée. Pour ma part, je trouve qu'elle colle très bien à l'atmosphère sombre de ce premier volume et montre bien que nous ne sommes pas devant un roman de bit lit classique. Par ailleurs, elle figure à merveille l'un des décors cruciaux de l'histoire.

Points forts :

  • Une héroïne implacable et différente
  • Un récit sombre
  • Un roman à la croisée des genres

Points faibles :

  • les derniers événements du livre s'enchaînent un peu vite à mon goût

Share

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 20 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2022 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text