Le diable se chausse en Kéram de Marie Laurent

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 
Détails

/!\ Ce livre a été lu à partir de l'édition numérique.

Titre : Le diable se chausse en Kéram

Auteur : Marie Laurent

Nombre de tomes : 1

Nombre de pages : -

Éditeur : Laska

Genre : romance, contemporaine, humour

Prix de l'édition numérique : 2,99€

Machine de test : Cybook Odyssey HD frontlight

Format du fichier utilisé : epub

DRM : sans

Résumé :

À Romans, ancienne capitale de la chaussure aujourd’hui dépassée par la mondialisation, la vie est plutôt morose. C’est du moins le cas pour Chloé, qui a perdu son poste de styliste après le rachat de la prestigieuse marque de luxe Kéram. Comme si cela ne suffisait pas, elle a dû rappliquer chez sa mère, et son petit ami est plus pataud qu’attentionné !

Sa vie bascule le jour où, au moment de fermer le magasin de chaussures qui l’emploie comme vendeuse, elle tombe sur un beau brun, élégant, raffiné et séduisant en diable. Le seul hic ? Il veut essayer des sandales de femme… Entre dérision et fascination, Chloé ne sait que penser. De toute façon, elle n’en a guère le temps, car un bonheur n’arrive jamais seul : un PDG parisien, Eric Legal, a décidé de reprendre les rênes de Kéram, et il embauche…

Critique :

J'avais eu l'opportunité de lire le premier chapitre dans un autre ebook des éditions Laska, et j'avais été fortement intriguée par cette romance qui débutait sur les chapeaux de roues malgré un couple a priori classique (une employée et son PDG, façon téléfilm de M6).

Je n'ai pas été déçue, Le diable se chausse en Kéram remplissant à peu près toutes les promesses posées par les premières pages : une héroïne au fort caractère qui le reste jusqu'au bout et n'a pas sa langue dans sa poche (amateur de langage coloré, voilà un texte pour vous), un amant aux fantasmes très particulier, de l'humour, une pincée d'engagement (non, ce n'est pas sale d'être fétichiste) et, chose qui ne laissait pas deviner l'extrait, des personnages secondaires plutôt réussis, entre la famille de l'héroïne, les obligatoires rivaux et les amis. Marie Laurent possède un style vif et ne sacrifie pas l'argot et le franc parler sur l'autel de la bienséance, ce qui participe beaucoup à la réussite de son texte.

Bien que n'étant pas une experte en romance, celle-ci me semble tirer son épingle du jeu grâce à la trouvaille originale qui lui donne son titre : le fétichisme, encore plus pour les chaussures féminines, n'étant pas vraiment le premier critère des héros du genre, et cela évite à l'histoire le piège de la banalité...

On passe un bon moment en lisant cette novella, que l'on soit fan ou pas de romance. Mon seul regret, c'est l'évolution soudaine de la relation entre Chloé et Eric vers la fin. Novella oblige, tout s'enchaîne très vite et, si on ne s'ennuie pas, certains lecteurs pourront regretter qu'il n'y ait pas plus de développements. Le juste équilibre est toujours délicat à trouver.

Points forts :

  • de l'originalité derrière un couple a priori classique
  • de l'humour
  • bien écrit
  • un format court (novella) ne nous laissant pas l'occasion de nous ennuyer

Points faibles :

  • un développement des relations entre protagonistes peut-être un peu rapide sur la fin

Share

   

Connexion  

   

Qui est en ligne ?  

Nous avons 16 invités et aucun membre en ligne

   
   
Copyright © 2022 Edenia - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
© ALLROUNDER for the template - Edenia for the text