Vassalord de Nanae Chrono

Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 
Détails
Créé le mardi 15 février 2011 08:34
Mis à jour le samedi 29 décembre 2012 17:04
Écrit par Roshieru
Affichages : 3716

Titre : Vassalord

Titre original : Vassalord

Auteur : Nanae Chrono

Nombre de tome : 5 (en cours ?)

Editeur : Kami (2 volumes)

Editeur original : Mag Garden

Edteur américain : Tokyopop

Prix : 6,95 euros / 9,99 $ (environ 7 euros sur Amazon.fr en import)

Genre : Josei, boys love/yaoi, vampire

Résumé : Charles J. Krishund est un chasseur de vampire employé par le Vatican dans le plus grand secret. Il a pour double particularité d'être un cyborg et de devoir se nourrir du sang de Johnny Rayflo, un vampire, pour pouvoir survivre. Il entretient avec ce dernier une relation particulière et Johnny ne perd jamais une occasion de l'ennuyer par ses frasques.

Un jour, Charles se voit confier une mission de la plus haute importance : éliminer une vampire jusqu'alors détenue par le Vatican pour diverses expériences. Il ne tarde pas à comprendre que sa nouvelle cible est liée à Johnny.

Critique :

 

Vassalord, en dépit de son classement en France, n'est pas un seinen. Sa publication a commencé dans le Comic Blade Zebel, qui a ensuite été fusionné avec le Comic Blade Masamune pour devenir le Comic Blade Avarus (vous suivez ?). Une partie des titres sont allés dans le Comic Blade classique, les autres sont restés sous la coupe de la nouvelle entité créée. Comme à l'époque du Comic Blade Zebel, Comic Blade Avarus est destiné à un public de femmes adultes. Un petit coup d'oeil sur le site officiel suffit à s'en assurer : entre quelques images de jeunes hommes au physique avantageux, l'équipe éditoriale annonce clairement éditer des histoires josei muke (à destination des femmes). Les plus sceptiques pourront vérifier sur la version japonaise de wikipédia, aux pages correspondantes. A l'inverse, le Comic Blade semble plutôt destiné à un public masculin, bien que le site du magazine n'indique pas clairement le lectorat type et que ce même wikipédia évoque plutôt un public mixte.

En raison de son magazine d'origine, Vassalord contient son lot de spécimens mâles dénudés et entretenant des relations pour le moins intimes. Sans aller jusqu'à la débauche de sexe, voir Charles (ou Charley) lécher avec appétit les orteils de Johnny, puis lui pomper le sang est pour le moins clair quant à la nature de leur "amitié"... Je ne m'avance pas trop en affirmant que le lectorat masculin habituel du seinen n'appréciera que peu et ce ne sont pas les quelques maid aperçues brièvement au début qui y changeront quelque chose. Rien à voir, donc, avec Peace Maker, autre manga de l'auteur.

Parce qu'il s'agit d'un délire assumé par Nanae Chrono, je me suis vite rendue compte que l'histoire de Vassalord ne dépasse jamais le cadre du divertissement léger et n'offre aucune prétention particulière. Ce n'est pas un crime en soi mais hélas...! Alors que les amateurs de vampires auraient pu apprécier ce manga, Kami le saborde dans les grandes largeurs. La liste de mes griefs contre cette version française est longue comme un bras. Voici une liste de ce que vous trouverez dans le premier volume 1 :

Dans ce premier tome, les seuls points positifs sont l'adaptation complète des onomatopées (bon, certaines personnes trouveront qu'il s'agit d'un défaut, mais notons quand même cet effort) et les dessins de Nanae Chrono, si du moins vous les appréciez. Côté scénario, je ne pense pas me tromper en supposant que la version original est déjà what the fuck et naze, mais la traduction du premier volume n'aide strictement pas à sa compréhension. Il faudrait que nanarland s'ouvre au manga.

Bon, baver sur le premier volume, c'est bien, mais qu'en est-il du second ?

Le scénario est tout aussi mauvais. Le seul intérêt reste donc la dose de fanservice boys love pour qui aime le genre, ainsi que le dessin de la mangaka qui est loin d'être horrible quand il s'agit de mettre en scène ces messieurs. En fait, j'ai vraiment eu l'impression tout le long de ma lecture que la mangaka construit son histoire autour des scènes chaudes issues de son esprit tortueux et sans trop savoir où elle va aller. Or, l'exercice s'avère moins maîtrisé que dans beaucoup de boys love, qui ne volent déjà pas très haut... Quand on voit ce que Nanae Chrono peut faire sur Peace Maker, c'est vraiment du gachi.

Ce second volume se conclut par une histoire à part, publiée dans le Comic Blade Masamune (qui a donc fusionné avec le magazine josei Avarus, pour rappel). La seule idée plaisante est l'hermaphrodisme d'un des personnages. Quoique, je mentirai en disant que c'est exploité de façon intéressante en si peu de pages.

La seule chose de presque bien dans ce second volume, c'est en fait Kami, qui a visiblement entendu les plaintes de ses lecteurs et essayé de faire des efforts. L'impression apparaît moins sombre et moirée, même s'il reste encore des points perfectibles. De plus, la traduction est plus compréhensible et il y a un peu moins de fautes qu'avant même si quelques malheureuses coquilles ont échappé au stylo du correcteur. Enfin, il semble que l'éditeur ait fouetté Darwin Prod pour que les erreurs de lettrage du premier volume ne soit pas reproduite et on ne s'en plaindra pas.

Malheureusement pour Kami, ces quelques efforts sont arrivés trop tard. Si j'ai bonne mémoire, la maison d'édition a disparu dans l'année même et Vassalord 2 est donc l'une des dernières sorties. Si vous voulez la suite de la série, qui compte déjà 5 volumes, il faudra voir du côté de Tokyopop, l'éditeur américain. Pour ma part, j'ai préféré ne pas m'infliger ça.

Points forts :

Points faibles :